Votre santé est un business

En pleine crise Coronavirus

Voilà  plus d’un an que la crise du covid19, lié au coronavirus SARS-CoV-2 à fait une apparition mondiale.

Pour rappel :

Les coronavirus existent probablement depuis au moins des centaines de millions d’années, mais du point de vue de l’épidémiologie et de l’histoire médicale et en tant que zoonose c’est au xxie siècle qu’ils ont pris de l’importance – Wikipédia

 

La première maladie due à un coronavirus a été observée en 1930, chez un volatile. Car c’est nos amis les bêtes qui sont le plus touchées. Les dates s’enchainent, 1931, 1937, 1946, 1949, 1951, que des animaux contaminés.

C’est un 1965 que le premier coronavirus infectant l’être humain (la souche B814) est découvert. D’autres dates, d’autres pathologies liées à des virus à couronne s’ensuivent. Est-ce des mutations ? Ou de nouveaux coronavirus ? À ce jour, ce sont 500 types de coronavirus qui ont été isolés chez la chauve-souris et il existerait plus de 5 000 types de coronavirus.

 

Vieille découverte, nouvelle science

Entre 2002 et 2004, une épidémie a sévi. Peut-être vous en souvenez-vous ? Il s’agissait de SRAS, une épidémie de syndrome respiratoire aigu sévère causé par le coronavirus SARS-CoV et apparu en Chine.

10 ans après, entre 2012 et 2014, un nouveau coronavirus à syndrome respiratoire fait son apparition au Moyen-Orient. Il est appelé MERS-CoV (acronyme anglais de Middle East respiratory syndrome-related coronavirus, anciennement 2012-nCoV ou nCoV pour novel coronavirus).

Le SARS-CoV-2 est une nouvelle souche de l’espèce de coronavirus SARSr-CoV.

Il fait partie des coronavirus qui peut se répliquer dans les lymphocytes T et les lymphocytes B tout comme le virus de l’immunodéficience humaine (VIH, pour lequel nous n’avons pas encore [“trouve”] de vaccin)

L’origine du SARS-CoV-2 est encore incertaine. Comme beaucoup de virus de son type, celui-ci a sans doute une origine animale. Animal sauvage ou servant d’hôte à des expériences en laboratoire, pour le moment le flou est total.

Se servir d’animaux pour des tests en laboratoire n’est pas nouveau. Surtout quand on travaille sur les coronavirus. L’apparition des coronavirus n’est donc pas nouvelle et est étudiée depuis plusieurs dizains d’années.

Un laboratoire hautement sécurisé

C’est à l’ Institut de virologie de Wuhan administré par l’ Académie chinoise des sciences  que s’effectuent ses recherches. C’est le premier laboratoire biosécurité de niveau 4 (BSL-4) de Chine continentale.

Pour rappel : Le niveau de biosécurité 4 (BSL-4) est le niveau le plus élevé de précautions de biosécurité, et est approprié pour le travail avec des agents qui pourraient facilement être transmis par aérosol dans le laboratoire et causer des maladies graves à mortelles chez les humains pour lesquels il n’y a pas de vaccins ou de traitements disponibles.

Un chercheur travaille à l’Institut de Virologie de Wuhan, au sein du seul laboratoire P4 de sécurité maximale dont est équipé la Chine. Photo : JOHANNES EISELE / AFP

C’est en 2003 que sa construction a vu le jour. Son cout a été de 44 millions de dollars. C’est en 2014 que la chine a inauguré son laboratoire.  L’institut a des liens étroits avec le gouvernement français et US.

C’est en 2019 que les liens que le laboratoire entretenait avec le Canada pris fin, car certains personnels du laboratoire rémunérés par le gouvernement canadien ont pour une raison top secrète été escortés vers la sortie.

L’ouverture d’un tel laboratoire était une occasion de plus pour un grand pays que de montrer sa puissance. Et je ne doute pas que la Chine, par courtoisie envers ses collaborateurs, français, américains et canadiens les ai invité à une visite du labo. 

Où est l’Organisation mondiale de la Santé ?

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) est une agence spécialisée de l’Organisation des Nations unies (ONU) pour la santé publique créée en 1948. Elle dépend directement du Conseil économique et social des Nations unies et son siège se situe à Pregny-Chambésy, dans le canton de Genève, en Suisse.

Selon sa constitution, l’OMS a pour objectif d’amener tous les peuples des États membres et partenaires au niveau de santé le plus élevée possible, la santé étant définie dans ce même document comme un « état de complet bien-être physique, mental et social et ne consistant pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité ». Wikipédia

J’aimerais revenir sur la définition de la santé qui figure dans la constitution de l’OMS, qui dans les faits n’est pas ce que je constate depuis plusieurs années en France.

Utilisant les huiles essentielles depuis de nombreuses années, ayant également été formé dans l’aromathérapie pendant mon cursus en naturopathie. Fréquentant beaucoup de praticien et thérapeute dans le soin et la santé. Je constate que dans notre beau pays bien que l’OMS soutienne certaines pratiques comme la naturopathie, qui est une médecine traditionnelle (ou complémentaire) nous sommes encore trop freinés dans notre métier. Ce n’est pas une question d’études, de recherches ou d’efficacité, mais bien une ombre au pouvoir qui règne.

 

 

L’industrie pharmaceutique 

L’industrie pharmaceutique est de loin l’industrie la plus profitable.

Elle s’est constamment opposée à toute évolution de la législation qui pourrait lui être défavorable. Du fait de son poids économique colossal, elle a réussi à influencer nombre de décisions publiques.

Les Français figurent parmi les plus gros consommateurs de médicaments au monde ; l’industrie bénéficie donc d’un large marché national solvable grâce à l’assurance maladie obligatoire.

En 2006, la consommation de soins et de biens médicaux atteint 156,6 milliards d’euros.

En 2007, l’industrie pharmaceutique française a réalisé un chiffre d’affaires de 45 milliards d’euros. Et compte tenu de l’augmentation continue de la demande de soins, l’avenir semble assuré.

Selon une étude de PricewaterhouseCoopers [2007], le marché mondial du médicament devrait tripler en valeur entre 2007 et 2020, pour atteindre 1 300 milliards de dollars en 2020.

 

La nature ne semble guère capable de donner que des maladies assez courtes. Mais la médecine s’est annexé l’art de les prolonger. Marcel Proust

 

Au moment où j’écris ces lignes,  je n’ai connaissance que des chiffres 2019.

Pour la seule année 2019, le chiffre d’affaires réalisé est de 60 milliards d’euros.

Avec la crise liée au Covid19, le chiffre d’affaires de 2020 sera très certainement supérieur.

 

Nombre de victimes

Puisque je suis dans les chiffres, laissez-moi vous communiquer le nombre de décès estimé par an en France par les médicaments : entre 8000 et 13 000. Soit deux à trois fois plus que ceux dus aux accidents de la route.

Pour les hospitalisations se chiffre est de l’ordre de 130 000 et le nombre de journées d’hospitalisation due à un effet indésirable de médicaments est de l’ordre de 1 146 000 !

Je vous invite à lire un article datant de 2009, alors que nous étions en pleine polémique sur le vaccin de la grippe A, vous le retrouverez dans les sources.

 

Comment vendre un produit ?

Il suffit de créer un besoin.

C’est très connu dans le milieu de la finance, le secteur de la santé n’est pas épargné.

Le Pr Philippe Even le dit très clairement dans la préface du livre du Dr Boukris : “ces médicaments qui nous rendent malades”

Je vous invite d’ailleurs vivement à vous procurer le livre, via le lien plus bas sur cette page. Vous pourrez vous le procurer pour quelques euros.

On ne fait pas ou très peu de nouvelles découvertes. L’âge d’or de la médecine est antérieur à 1985. De nos jours il suffit de changer le packating, la forme du médicament, changer les chiffres ou provoquer la peur pour faire vendre.

Une autre piste est privilégiée depuis quelques années, celle de la prévention.

Outre les messages diffusés par santé publique tel “pratiquer une activité physique régulière ou manger 5 fruits et légumes par jour”, c’est de la prévention médicamenteuse qu’il s’agit.

Médicaliser toute la vie voila la nouvelle poule aux oeufs d’or.

Ont créé des maladies de toute pièce, de nouveaux symptômes. De quelque chose de bénin, on passe à quelque chose de dramatique et l’on joue sur la peur pour faire du chiffre.

Comme si le marché des médicaments n’était pas assez porteur voilà qu’on utilise les vaccins à cet effet.

Pour couper court à tout débat je ne suis pas anti vaccin, chacun fait comme il souhaite, mais nous devons être bien informés avant de faire un choix.

 

Vers une vaccination annuelle

Imaginer maintenant qu’une des solutions à une maladie émergente serait de vous faire vacciner tout les ans préventivement.

Nous sommes plus de 67 millions en France, prenons la moyenne de prix de douze euros pour une dose de vaccin annuel, cela nous donnerait :

804 millions d’euros sans compter les traitements médicamenteux.

Si le vaccin entraine à son tour des effets qui doivent être traités, ou de l’hospitalisation avec tous les frais que cela engendre, la facture s’alourdit.

Rapporter aux chiffres que je vous ai communiquer plus haut, je n’ose imaginer à combien pourrait s’élever la consommation de soins et de biens médicaux.

Tout cela au profit de l’industrie pharmaceutique !

 

La peur de mourir

N’y a-t-il pas derrière tout cela une peur entretenue ? On sait que la peur fait vendre. Faire au plus vite pour ne plus ressentir cette émotion, beaucoup de personnes recherchent du réconfort, ils veulent se sentir enfin apaisés.

Et avec la baisse du QI, cela arrange bien certains.

“Nous devenons de plus en plus stupides , ça se passe maintenant et cela ne va pas s’arrêter” assène sans détour Edward Dutton, (Ulster Institute for Social Research, Royaume-Uni) dans le documentaire “Demain, tous crétins ?”, diffusé sur Arte en novembre 2017.

Gestion des émotions et réflexions voila les maitres mots. À moins que nous voulions finir sans émotion, la tête vide, lobotomisée.

Je me demanderai presque si le processus n’est pas en cours, mais les thèses complotistes ne sont pas le thème de cet article.

La santé ne devrait pas être le profit de l’industrie pharmaceutique mais le nôtre.

La visibilisation sociale

C’est un mécanisme qui signifie que les gens que vous croisez, que vous acceptez deviennent invisible à vos yeux. Un peu comme le poteau d’éclairage que vous voyez seulement quand vous lui rentrer dedans.

Il n’y a pas de contact social, pas de lumière entre les êtres.

Retrouver l’article du livre “bienvenue douleur” sur le blog.

Le malade est plus reconnaissant à la médecine qui le guérit qu’au conseil qui le préserve. Vicente Espinel

 

Quelles solutions ?

Qu’est-ce qui est le plus important dans votre vie ?

Si vous répondez autre chose que moi-même (vous, le “je”),  vous faites erreur.

Vous êtes au centre du cercle de votre vie, vous en êtes le point central. Vous avez autant d’importance qu’une autre personne dans son cercle. La première des choses est donc de prendre soin de vous. Je ne vous dis pas de mettre votre santé, ce qui est le plus précieux dans votre cercle dans les mains de quelqu’un d’autre sans y avoir pleinement réfléchi.

Posez-vous des questions, des réflexions, faites marcher vos méninges.

Voici quelques questions pertinentes :

  • Est-ce que cette personne veut réellement mon bien ou veut elle le meilleur pour ce qui est dans son cercle ?
  • Y a-t-il des effets secondaires à ce qu’elles me proposent ?
  • Quel est le rapport-bénéfices/risques ?
  • Quid de la composition du produit ? Est-ce certifié ?
  • En cas de problème, qui sera responsable et qui en sera victime ?
  • N’y a-t-il pas d’autres solutions ?

On m’a toujours dit qu’il y avait plusieurs solutions à un problème, mais que parfois nous ne les voyons pas. Cela ne veut pas dirent qu’elles n’existent pas, elles doivent seulement être davantage cherchées que celles que nous avons déjà.

La prévention (non médicamenteuse) fait partie de ses solutions. Les conseils peuvent être d’ordre général comme ceux de la santé publique mais aussi très personnels. 

On retrouve beaucoup de discipline dans se cadre préventif. La sonothérapie, l’utilisation des ondes sonores et vibratoires ainsi que l’aromathérapie et la naturopathie en font partis. 

Prenez votre place, redonnez-vous de l’importance.

C’est cela prendre sa santé en main.

 

Naturopathie

Vous avez un souci de santé et vous avez besoin d’être accompagné, conseillé, pourquoi ne pas prendre rendez-vous pour une consultation en naturopathie ?

Ouvrage

recommandé

5 et 6G

Sauveur Boukris

Ces médicaments qui nous rendent malades : sauver des vies, faire des économies

 Cherche Midi

Auteur

Sauveur Boukris

Le Dr Sauveur Boukris est médecin généraliste, expert auprès des victimes d’accidents et président du collectif Médecins, Malades, même combat. Il collabore à plusieurs revues médicales et a publié de nombreux ouvrages.

Pilar Sordo

Table des matières

  • Titre

  • Copyright

  • Du même auteur

  • Préface

  • Introduction

    1 – Médicaments trop consommés et trop coûteux

    2 – Les accidents iatrogéniques

    3 – Les psychotropes et leurs effets secondaires

    4 – Attention aux associations de médicaments !

    5 – Les effets secondaires des médicaments dans la vie courante

    6 – Qui contrôle et autorise les médicaments ? Par quels moyens ?

    7 – Les grandes affaires médiatiques

    8 – Médecins sous influence ?

    9 – L’innovation médicale : tout nouveau tout beau ?

    10 – Développer la pharmacovigilance : savoir pour agir

    11 – La médecine marketing

    12 – Des contre-pouvoirs s’organisent

    13 – Tous responsables !

    Références bibliographiques

Autre

Ouvrage

une icone verte de plante

Cet article peut vous intéresser : La gestion des émotions, ou comment se contrôler ! 

{

Ce n’est pas les médecins qui nous manquent, c’est la médecine.

Montesquieu

Pin It on Pinterest

%d blogueurs aiment cette page :