Infecté par un virus

À l’heure où j’écris ses lignes, le nombre de personnes infectées par le coronavirus est de 7661  et le nombre de décès  est de 148, ses chiffres concernent uniquement la France et date du 18 mars 2020 via le site statista.

Chez nos amis Italien, il  y a eu en 24h à se jour du mercredi 19/03/2020 475 décès !

Voilà quelques jours que je présente les symptômes suivants, les mêmes que ceux lié au coronavirus :

  • une perte d’appétit
  • fièvre
  • toux
  • chair de poule
  • une posture voûtée

Sans comptez le nez bouché, le mal de gorge, la voix cassée, les crises respiratoires, le manque d’énergie, les douleurs articulaire (genoux, épaules, coudes, sachant que je ne fais pas d’arthose), pour finir, la sudation (qui arrive fréquament le soir quand je suis allongé)

 

Mis à jour au 19/03/2020 – 18H : Je viens de faire une crise respiratoire. Il m’était impossible de respirer par le nez puisque celui-ci est bouché et impossible par la bouche, elle était bloquer par un amac de mucus jaune et hyper collant ! Je ne vous cacherai pas que j’ai transpirer … 

Je sais que la contamination peut entrainer une inflammation pulmonaire qui entraine une production de muscus dans les poumons et ceux-ci peuvent se retrouver dans la gorge. 

Suite à cela je rajoutte les lavages de nez avec un lota plusieurs fois par jour. 

Mis à jour au 21/03/2020  : La fatigue est moins présente, la fièvre et la chair de poule ont disparu. La toux est par contre bien présente. Il s’agit d’une toux grasse, mécanisme de défense de l’organisme qui cherche à se débarrasser des corps étrangers. Cela évacue les sécrétions, mucus et autres. Donc elle n’est qu’un symptôme, une démonstration du corps dans sa lutte contre l’infection causée par le coronavirus. 

En ce qui concerne les recommandations pour la toux, on retrouve ce que j’ai déjà mis en place c’est-à-dire : 

  • Se laver le nez plusieurs fois par jour (moi je fais cela au lota -ou neti- mais il est possible de le faire avec du sérum physiologique) J’ai constater une amélioration grâce à cette hygiène nasale. 
  • bien se laver les mains
  • s’hydrater
  • humidifier l’air ambiant (j’y ajoute des huiles essentielles)

J’ajoute des huiles essentielles en capsules pour la toux, acheter directement en pharmacie ainsi qu’une synergie en cutanée. Il ne s’agit pas d’un mélange pour stopper la toux, cela reviendrai à dire à mon corps de ne pas combattre l’infection provoquer par le virus, mais plutôt à aider l’évacuation en fluidifiant le mucus et en stimulant son expulsion.

Pour la synergie j’utilise :

  • HE Eucalyptus Radié,
  • HE Ravintsara,
  • HE Lavande vraie
  • HV Nigelle

Info sup : il existe des synergies plus puissantes, mais ne possédant pas les huiles requises je fais avec celles à ma disposition.

J’ai remarqué il  y a deux nuits que dormir sur le dos, la tête surélevée me permettait de mieux dormir. C’est une position qu’il m’ait plutôt désagréable en tant normal, mais elle convient bien à la situation que je traverse.

 

Je tombe rarement malade, je peux passer des années sans présenter de symptômes et si la fatigue survient je sais souvent pourquoi et comment y remédier.

Il est vrai  que ma santé est bonne, mais parce que je fais attention à celle-ci. J’ai appris à connaitre mon corps, le fonctionnement de mon organisme. A réfléchir par moi-même, à demander de l’aide si besoin, étudier et amasser des connaissances pour une meilleure hygiène de vie.

Malgré tout, je n’aurai pas échappé à l’infection par le virus du moment.

Le fait est que les mesures préventives, qui sont des plus importantes quand on parle d’hygiène n’ont pas été respectées. Je parle bien sûr à mon niveau, j’ai côtoyer, avant que les symptômes apparaissent et avant le confinement, des personnes sans doute infectées et sans protection individuelle. (port du masque).

Je vis également avec une personne infectée et avec le confinement qui a accentué la proximité, la prévention inefficace, car non respect des distances de sécurité, non-port de masque et autres, ce n’était qu’une question de temps avant que je tombe moi-même malade.

Quand je tombe malade je ne m’alarme que très rarement, je reste calme, j’analyse et met en place ce que j’ai décidé. 

Je n’ai pas fait de diagnostic extérieur, le mien m’a suffi. Je ne souhaitais pas encombrer un service du milieu médical comme le médecin, le samu ou autre, d’autant que je ne souhaite pas sortir pour ne pas propagé davantage le virus. 

Il m’a été facile de faire mon auto-diagnostic.

Ma vie pro d'infecté

Présentant les symptômes, confinement ou non, je ne sors plus de chez moi.

Mon activité professionnelle est à l’arrêt. J’ai dû arrêter les consultations, même celles en ligne, et l’écriture de ce témoignage est difficile tellement je suis fatigué.

En tant que micro-entrepreneur, pratiquant la naturopathie (la sonologie et tarologie), activité non reconnue en France, je ne m’attends pas à avoir d’aide de l’état (et d’ailleurs je n’en aurai sans doute pas) . Bien que notre cher président ait annoncé que les travailleurs indépendants, dont font parti les micro-entrepreneurs, toucheraient une indemnisation destinée à remplacer l’absence de revenus durant la crise du covid-19. 

Il s’avère qu’une nouvelle fois, le résultat n’est pas à la hauteur de mes espérances. 

L’aide promise s’élève à 1500 € par mois et sera versée pour le mois de mars et renouvelée en avril. Pour en bénéficier, les micro-entrepreneurs :

– devront exercer dans un secteur qui est fermé, et notamment la restauration
– avoir subi une baisse de chiffre d’affaires d’au moins 70 % entre les mois de mars 2019 et 2020.

En outre, l’activité indépendante doit être exercée à titre principal.

Je vous passe le reste des détails, ils peuvent être trouvés sur le site UPSME

Au quotidien

Pour faire face il m’a bien sur fallu mettre en place tout à tas de protocoles.

Gérer son stress

Cela commence par la gestion de son stress et de son anxiété. Confiner chez soi à ne pas pouvoir faire grand chose, ni discuter avec des amis de vive voix, sans compter l’incidence de la crise sur mon activité, tout cela pourrait me plomber le moral.

Il ne faut pas se laisser abattre.

Je cultive la pensée positive, je me  recentre, je médite et je place d’autres activités qui me font du bien.

J’utilise les plantes

 

Ma connaissance de l’aromathérapie me permet de mettre en place un traitement avec les huiles essentielles, nottament :

Par diffusion dans les pièces  :

  • sapin baumier
  • eucalyptus radié
  • citron zeste

Cet article peut t’intéresser : Lutter contre les virus avec les huiles essentielles

Par olfaction:

Une inhalation d’un mélange d’huiles essentielles prêt à l’emploi par un labo de qualité.

En voie cutanée pour les premiers jours :

  • ravintsara (Cinnamomum camphora CT linéole) à ne pas cofondre avec la ravensare.

20 gouttes

  • eucalyptus radié

10 gouttes

  • Huile végétal au choix qsp 10ml

Par voie oral :

3 fois par jours un goutte de tee trea dans une càc de miel.

Ses deux protocoles vont être améliorer dans les jours qui viennent. 

Des infusions, tisanes et autres agrémentent mon quotidien.

Au cours de la journée, je prends un shaker ou je mélange de la spiruline, du maca, un peu de matcha si je ne l’ai pas pris seul avant avec du vinaigre des 4 voleurs (celui dont j’ai parlé sur les réseaux sociaux) mélanger avec de l‘eau de coco.

L’alimentation 

Gros point important !

C’est la base du système immunitaire.

Nous ne sommes pas en guerre contre un ennemi qui en voudrait à nos ressources, celui-ci ne va pas bloquer les producteurs, il n’y aura pas de famine.

Cet ennemi-là s’attaque à notre organisme et notre meilleure protection c’est notre système immunitaire. Se gaver de pâtes, de riz, de produits industriels et transformés ne fera qu’empirer les choses puisque cela affaiblira vos défenses immunitaires.

Donc le matin c’est miam-ô-fruit.

Pour faire le plein de vitamines et minéraux.

La consommation de fruits et légumes doit être élevée.

Tout aliment encrassant, vide, à ig haut doit être évité. (les bases de la nutrition en somme)

Les produits de la ruche

Le miel, la propolis, le pollen font partie des produits que j’utilise régulièrement.

Ils sont d’une aide précieuse, surtout quand ils sont de qualité. (exit le miel industriel)

Les compléments

En se moment je table sur une supplémentation en vit C et D 

J’ajouterai du magnésium, mais je suis à cours… 

L’activité physique ! 

Malgré mon état de fatigue, j’arrive à me trouver un créneau ou ma forme me permet d’enchainer quelques séries de circuits.

J’ai des bandes élastiques et le travail au poids du corps est une bonne chose pour le maintien de la forme.

Une activité physique brève, mais intense va me faire transpirer et ara un effet bénéfique sur mon moral.

Le mouvement c’est la vie !

 

L’hygiène nasale

Un lavage de nez avec le lota au moins trois fois par jour. (eau + sel) 

Pour finir

J’aimerais finir ce petit billet avec l’ajout de quelques points.

L’importance de la prévention, que ce soit dans la vie de tous les jours, en cas d’infection ou non.

Quand vous prenez votre voiture, vous conduisez en ayant votre ceinture au cas ou vous auriez un accident et bien la prévention au quotidien c’est cela, mais du point de vue de la santé, hygiène de vie c’est :

  • accordez une grande importance à ce que vous mangez et buvez
  • pratiquez des exercices, qu’ils soient physiques, respiratoire et autre
  • n’utiliser pas de drogues
  • cultiver la pensée positive
  • apprenez à gérer votre stress et vos émotions
  • etc.

Dans le cas du coronavirus, c’est aussi :

  • utilisez un masque quand vous êtes à l’extérieur
  • se laver les mains très régulièrement
  • saluer sans se toucher
  • prendre une distance de sécurité (minimum 1m50)avec les personnes qui toussent
  • tousser ou éternuer dans son coude
  • éviter de toucher votre visage (yeux, nez,bouche)
  • n’utilisez que des mouchoirs à usage unique
  • porter un masque si vous avez des symptômes

 

Je vois encore beaucoup de gens à l’extérieur comme ci de rien n’était, sans protection (pour eux ou les autres usagers) et en groupe. Je ne vous souhaite pas d’attraper le virus, mais vous véhiculez sans doute les agents infectieux !

J’ai encore quelques amis dans certains centres d’une grande entreprise française de distribution du courrier (pour ne pas la citer) qui me rapporte qu’ils n’ont qu’une bouteille d’eau et un savon pour faire face.  Ni gants, ni masques, ni solution hydroalcoolique, pourtant ils vont d’immeuble en immeuble, parfois de maison en maison. Sans parler des hôpitaux qui crient le manque de moyens et la souffrance de leur personnel bien avant la venue du covid-19.

Je me demande parfois si on est bien en alerte 3

On paye aujourd’hui notre laisser-aller, notre refus de voir certaines choses, un système malsain, perverti, mais à une échelle qu’on ne voie pas souvent.

L’autre point concerne les huiles essentielles. On sait depuis peu qu‘il ne faut pas d’anti-inflammatoire, car ceux-ci provoquent un risque de complications sévères.

Par mesure de précaution il y a donc des huiles à éviter (ci-dessous information transmise par Théophane de la Charie)

  1. Par mesure de précaution, n’utilisez vraiment pas d’huile essentielle de Gaulthérie, qui est composée en grande partie de salicylate de méthyle, molécule proche de l’aspirine. Il ne faut pas l’utiliser pendant toute la durée de l’épidémie.
  2. Evitez dans la mesure du possible les huiles essentielles contenant engrande proportion les molécules suivantes : citronnellal, citrals,chamazulène, beta caryophyllene, germacrène D, acétate de citronellyle.
En voici une liste, non exhaustive, mais qui couvre les huiles essentielles
les plus connues :
– Eucalyptus Citronné (citronnellal),
– Combava (citronnellal + acétate de citronellyle),
– Citronnelle de Java (citronnellal),
– Myrte Citronné (citrals (géranial et néral)),
– Lemongrass (citrals),
f- Verveines (citrals)
– Mélisse (citrals).
– Achillée Millefeuille (chamazulène + beta-caryophyllene + Germacrène D),
– Tanaisie annuelle (chamazulène),
– Camomille Matricaire (chamazulène),
– Copaïba (beta-caryophyllene),
l- Poivre Noir (beta-caryophyllene),
– Ylang Ylang (beta-caryophyllene, Germacrène D),
– Clou de Girofle (beta-caryophyllene),
– Hélichryse de Madagascar (beta-caryophyllene)
– Verge d’Or (Germacrène D)
– Gingembre (Germacrène D, curcumène, zingiberène).
Cette liste se veut être la plus complète possible mais elle n’est pas exhaustive. En cas de doute sur une huile essentielle, nous vous conseillons de prendre toutes les précautions et de ne pas l’utiliser. Nous souhaitons également préciser que nous nous sommes focalisés sur les huiles essentielles car ce sont les extraits naturels les plus concentrés en molécules actives. Du fait de leur infime concentration en molécules aromatiques, les plantes utilisées en tisane, les hydrolats ou les macérats de bourgeons ne sont pas concernés. 

 

L’article n’a pas pour fonction de vous donner des remèdes (ou fausses bonnes idées), il est la seulement pour vous transmettre mon témoignage.  Il sera mis à jour en fonction de mon état de santé.

Portez vous bien.

Mis à jour au 28/03/2020 : Voila 10 jours que je suis tombé malade, les symptomes ont disparues, il ne reste plus que la toux qui est toujours handicapante.  

Je continue les inhalations, mais j’ai stoper tous le reste. Je vais jeûner un ou deux jours et je verrais comment cela évolue.

Pin It on Pinterest

Je compte sur vous

Soutenez mon travail en partageant l'article à vos amis

%d blogueurs aiment cette page :