La série de l’arc-en-ciel symbolise l’élément de la Terre, représenté par les derniers habituels, donc le côté pratique et matériel de la vie traditionellement attribué à la Terre.

Selon l’attitude zen, même l’activité la plus terre-à-terre est une opportunité pour célébrer le mystère sacré.

C’est pourquoi l’Arc-en-ciel a été choisi pour symboliser cette série.

En effet, il relie la Terre et le Ciel, l’esprit et la matière, et nous rapelle ainsi qu’en réalité rien ne nous sépare de ce qui est en haut et en bas et que seule une énergie globale constante existe.

Le Ciel n’est pas un lieu lointain de la planète, mais une réalité qui n’attend que d’ête découverte dans l’instant présent.

Retrouvez ici l’article sur le tarot Osho : Le monde merveilleux des cartes – le Osho Zen Tarot

L’As : La Plénitude

La distinction entre la graine et la floraison est identique à celle entre “vous ne sachant pas” que vous êtes un bouddha et l’instant où vous réalisez que “vous êtes” un bouddha. En fait, il n’y a aucune possibilité d’en être autrement.
Bouddha est complètement épanoui, entièrement ouvert. Ses lotus, ses pétales, sont arrivés à un épanouissement…
Certainement, être vous-même empli de l’élan du printemps est bien plus beau que la rosée d’automne tombant sur la feuille de lotus. C’est l’une des choses les plus belles à regarder : lorsque la rosée d’automne tombe sur la feuille de lotus et brille au soleil matinal comme de vraies perles. Mais bien sûr c’est une expérience momentanée. Lorsque le soleil se lève, la rosée d’automne commence à s’évaporer…
Cette beauté provisoire ne peut certainement pas être comparée à un printemps éternel dans votre être. Vous regardez aussi loin que vous pouvez dans le passé et il a toujours été là. Vous regardez aussi loin que vous pouvez dans le futur et vous serez étonnés, c’est votre être véritable. Partout où vous êtes, il sera là et les fleurs continueront de pleuvoir sur vous. C’est le printemps spirituel.

Commentaire :

Cette silhouette se tient seule, silencieuse et pourtant alerte. L’être intérieur est rempli de fleurs, il porte en lui la qualité du printemps qui régénère où qu’il aille. Cette floraison intérieure et la plénitude qu’il ressent offrent une possibilité de mouvement illimité. Il peut se mouvoir dans n’importe quelle direction, vers l’intérieur comme vers l’extérieur, cela ne fait pas de différence car sa joie et sa maturité ne peuvent être altérées par l’extérieur.
Il est centré et en expansion. La lueur blanche qui l’entoure le protège et le guide. Toutes les expériences qu’il a vécues l’ont amené à cette perfection. Lorsque vous tirez cette carte, sachez bien que ce moment porte un cadeau en récompense d’un travail assidu et bien fait. Votre base est solide maintenant, le succès et la bonne fortune sont les vôtres parce qu’ils sont le fruit de ce qui a déjà été expérimenté en vous-même.

Le Roi de l'Arc-en-ciel : L'abondance

 En Orient les gens ont condamné le corps, ont condamné la matière, ils l’on appelé illusion, “maya” – elle n’existe pas vraiment, elle semble seulement exister, elle est faite de cette même substance dont sont fait les rêves. L’Orient a nié le monde et c’est la raison pour laquelle il est resté pauvre, en difficulté, dans la famine.

Une moitié de l’humanité a accepté le monde intérieur et a nié le monde extérieur. L’autre moitié de l’humanité a accepté le monde matériel et a nié le monde intérieur. Toutes deux sont partielles et aucun homme privé de la moitié de lui-même ne peut être heureux.
Vous devez être complet, riche physiquement, riche scientifiquement, riche en méditation, riche en conscience de soi. Selon moi, seule une personne totale est une personne sainte. Je veux que Zorba et Bouddha fusionnent. Zorba seul est vide, sa danse n’a pas une signification éternelle, elle est un plaisir momentané. Bientôt il s’en fatiguera. À moins de posséder les ressources inépuisables que le cosmos met à votre disposition… à moins d’être existentiel, vous ne pouvez pas devenir entier. C’est ma contribution à l’humanité, la personne entière.

Commentaire :

Ce personnage dionysien est l’image même d’un homme entier, un “Zorba le Bouddha” qui peut boire du vin, danser sur la plage, chanter sous la pluie et simultanément apprécier les profondeurs de la compréhension et de la sagesse qui appartiennent au sage.
Dans une main il tient un lotus, prouvant qu’il respecte et contient en lui la grâce du féminin. Sa poitrine exposée – un cœur ouvert – et son ventre détendu montre également qu’il est chez lui avec son masculin, totalement non-dépendant. Les quatre éléments : Terre, Feu, Eau et Air confluent vers le Roi de l’Arc-en-Ciel assis sur le livre de la sagesse existentielle.
Si vous êtes une femme, le Roi de l’Arc-en-Ciel annonce le soutien de vos propres énergies masculines dans votre vie, une union avec votre “âme frère” intérieure. Pour un homme, cette carte représente le moment d’un dépassement des stéréotypes mâles conventionnels et permet l’avènement de la plénitude humaine.

La Reine de l'Arc-en-ciel : L'épanouissement

Un homme qui vit en fonction de la conscience morale devient rigide. Un homme qui vit au travers de la conscience de soi reste souple. Pourquoi ? Parce qu’un homme qui a des idées reçues au sujet de comment vivre, devient naturellement dur. Il doit, sans interruption, porter son caractère avec lui.
Ce caractère est comme une armure, sa protection, sa sécurité. Sa vie entière est investie dans ce caractère et il réagit toujours aux situations à travers ce caractère, non directement. Si vous lui posez une question, sa réponse est toute faite. C’est le signe d’une personne rigide dont l’attitude est terne, stupide, mécanique. Il est peut être un bon ordinateur, mais il n’est pas un être humain. Vous faites quelque chose et il réagit d’une manière bien établie. Sa réaction est prévisible, c’est un automate.
L’homme véritable agit spontanément. Si vous lui posez une question, votre question obtient une réponse, pas une réaction. Il ouvre son cœur à votre question, s’expose à votre question, il lui répond…

Commentaire :

Voici le portrait d’une personne dont toute l’énergie vitale a été épuisée par ses efforts à vouloir nourrir l’énorme et ridicule machine de la suffisance et de la productivité. Il a été si occupé à “garder le contrôle” et à “s’assurer que tout fonctionne sans à-coup” qu’il en a oublié de se reposer vraiment.
Aucun doute, il ne peut pas se permettre d’être joyeux. Abandonner son devoir pour un tour à la plage pourrait signifier l’écroulement de toute sa structure.
Toutefois, le message de cette carte n’est pas uniquement d’être un obsédé du travail. Il est à propos de toutes ces routines sécurisantes mais non naturelles que nous mettons en place pour nous-même et, ce faisant, maintenons à distance le chaotique et le spontané.
La vie n’est pas une affaire à contrôler, elle est un mystère à vivre. Il est temps de déchirer la fiche de présence, de s’évader de l’usine et d’entreprendre un petit voyage dans l’inconnu. Avec un état d’esprit détendu, votre travail peut couler sans à-coup.

Le Cavalier de l'Arc-en-ciel : Le ralentissement

La méditation est une sorte de médicament – son utilisation est temporaire. Lorsque vous avez compris son essence, vous n’aurez plus besoin de pratiquer une méditation particulière, alors la méditation se répand partout dans votre vie. La marche est Zen, s’asseoir est Zen.
Quelle sera alors la qualité intérieure ? L’on marche alerte, joyeux, vigilant, non-motivé, centré, aimant, épanoui et la démarche est nonchalante. L’on s’assoie avec amour, alerte, attentif, sans but, sans raison particulière, simplement parce qu’il fait bon s’asseoir en ne faisant rien, combien relaxant, combien reposant… Après une longue promenade, vous vous asseyez sous un arbre et la brise vient vous rafraîchir. À chaque moment vous devez être à l’aise avec vous-même, n’essayant pas de vous améliorer, de vous cultiver, de pratiquer quoi que ce soit.
Marcher est Zen, se reposer est Zen. Loquace ou silencieux, mobile ou immobile, l’Essence est tranquille.
L’essence est tranquille, voilà le mot clé. L’essence est tranquille, voilà la formulation. Faites ce que vous avez à faire, mais au plus profond de vous-même restez tranquille, calme et centré.

Commentaire :

Le Cavalier de l’Arc-en-Ciel nous rappelle, qu’à l’exemple de cette tortue, nous portons notre maison partout où nous allons. Il n’y a aucun besoin de se dépêcher, aucun besoin de rechercher un abri ailleurs. Même lorsque que nous plongeons dans les profondeurs des eaux émotionnelles, nous pouvons rester autonome et libre d’attachements.
C’est un temps où vous êtes prêt à lâcher toutes les attentes que vous avez eues à votre égard ou envers les autres et à prendre la responsabilité des illusions que vous avez pu entretenir. Il n’y a aucun besoin de faire quoi que ce soit d’autre que de vous reposer dans la plénitude de qui vous êtes maintenant. Si les désirs, les espoirs et les rêves s’évanouissent, tant mieux. Leur disparition ouvre un espace pour une nouvelle qualité de tranquillité et d’acceptation de ce qui est. Vous pourrez faire bon accueil à cette évolution comme vous n’avez jamais pu le faire auparavant. Savourez cette qualité du ralentissement, de cette détente et rendez-vous compte que vous êtes déjà chez vous.

Le Valet de l'Arc-en-ciel : L'aventure

 Le Zen dit que la vérité n’a rien à faire avec l’autorité, la vérité n’a rien à faire avec la tradition, la vérité n’a rien à faire avec le passé. La vérité est une réalisation radicale et personnelle. Vous devez venir à elle.

Le savoir est certain, la recherche de la connaissance personnelle est très, très hasardeuse. Personne ne peut la garantir. Si vous me demandez si je peux garantir quoi que ce soit, je dis que je ne peux pas vous garantir quoi que ce soit. Je peux seulement garantir le danger, cela au moins est certain. Je peux seulement vous garantir une longue aventure avec toutes les possibilités de vous égarer et de ne jamais atteindre le but. Mais une chose est certaine, le fait même de rechercher vous aidera à vous développer. Je peux garantir uniquement la croissance. Le danger sera là, le sacrifice sera là, vous entrerez chaque jour dans l’inconnu, dans l’inexploré et il n’y aura aucune carte à suivre, aucun guide à suivre. Oui, il y a des millions de dangers et vous pouvez vous égarer et vous pouvez vous perdre, mais c’est la seule façon de croître. Être dans l’insécurité est la seule façon de croître, faire face au danger est la seule façon de croître, accepter le défi de l’inconnu est la seule façon de croître.

Commentaire :

Lorsque nous sommes vraiment dans un esprit d’aventure, nous nous déplaçons comme cet enfant. Entièrement dans la confiance, mû par notre capacité d’émerveillement, nous allons pas à pas dans l’inconnu, depuis l’obscurité de la forêt vers la lumière irisée.
L’aventure n’a vraiment rien à voir avec des plans et des cartes, des programmes et l’organisation.
La carte du Valet de l’Arc-en-Ciel représente une qualité qui peut se manifester à nous n’importe où – à la maison ou au bureau, dans le désert ou en ville, dans un projet créateur ou dans nos relations avec autrui. Chaque fois que nous entrons dans le nouveau, dans l’inconnu avec l’état de confiance d’un enfant, innocent, ouvert et vulnérable, même les plus petites choses de la vie peuvent devenir les plus grandes aventures.

L'instant présent

Le passé n’est plus et le futur n’est pas encore. Tous les deux se déplacent inutilement dans des directions qui n’existent pas. L’un a existé, mais n’existe plus et l’autre n’a même pas commencé d’exister.
La seule vraie personne est celle qui vit d’instant en instant, dont la flèche est dirigée vers l’instant présent, qui est toujours “ici et maintenant”. Où qu’il soit, sa conscience toute entière, son être tout entier, sont impliqués dans la réalité du “ici” et dans la réalité du “maintenant”. C’est la seule bonne direction. Seul un tel homme peut passer la porte d’or.
Le présent est la porte d’or.  Ici et maintenant est la porte d’or.
Et vous ne pouvez être dans le présent que si vous n’êtes pas ambitieux, sans projet, sans désir de pouvoir, d’argent, de prestige, ou même d’éveil, parce que toute ambition vous amène dans le futur. Seul un homme non ambitieux peut rester dans le présent. Un homme qui veut être dans le présent ne doit pas penser, il a seulement à voir et passer la porte. L’expérience viendra, mais l’expérience n’a pas à être préméditée.

Commentaire :

Ce personnage se déplaçant sur les rochers évolue d’un pas léger, d’une manière non sérieuse et en même temps absolument équilibré et vigilant. Derrière le tourbillonnement toujours changeant des eaux, se profilent des bâtiments, il semble y avoir une ville en arrière-plan. L’homme est présent dans la société et dans le même temps il en est détaché, gardant son équilibre, il observe sans s’impliquer.
Cette carte nous invite à nous éloigner de nos préoccupations pour les “ailleurs” et les “demains” et à rester alerte à ce qui se passe dans l’ici et maintenant.
La vie est un vaste océan dans lequel vous pouvez jouer si vous lâchez tous vos jugements, vos préférences, les attachements aux détails de vos projets à long terme. Soyez disponible à ce qui arrive, comme cela vient et ne vous inquiétez pas si vous trébuchez ou tombez, relevez vous, époussetez-vous, riez un bon coup et poursuivez votre chemin.

Le guide

Vous cherchez conseils à l’extérieur parce que vous ne savez pas que votre guide intérieur est caché en vous. Vous devez trouver le guide intérieur et c’est cela que j’appelle votre témoin. C’est cela que j’appelle votre “dharma”, votre loi naturelle, c’est cela ce que j’appelle votre bouddha intrinsèque. Vous devez réveiller ce bouddha et votre vie débordera de grâces, de bénédictions. Votre vie deviendra si radieuse de bonté, de divin, plus que vous ne pouvez probablement le concevoir.
C’est presque comme la lumière. Votre pièce est sombre, apportez simplement la lumière à l’intérieur. Même une petite bougie suffira et l’obscurité entière disparaît. Et une fois que vous avez une bougie vous savez où est la porte. Vous ne devez pas penser “où est la porte ?”
Seules les personnes aveugles pensent à “où est la porte”. Les gens qui ont des yeux et avec la lumière… ils ne pensent pas. Vous n’avez jamais pensé : “où est la porte ?” Vous vous levez simplement et vous sortez. Vous n’avez jamais accordé aucune pensée à l’emplacement de la porte. Vous ne tâtonnez ni ne vous frappez la tête contre le mur. Vous voyez simplement et il n’y a pas même une seconde d’hésitation. Vous sortez simplement.

Commentaire :

Le personnage angélique de cette carte, aux ailes couleur de l’arc-en-ciel représente le guide que chacun de nous porte en soi.
Tout comme le deuxième personnage à l’arrière-plan, nous sommes parfois réluctant à faire confiance en ce guide pour ce qui nous concerne, tellement nous sommes habitués à recevoir nos suggestions de l’extérieur plutôt que de l’intérieur.
La vérité de votre être le plus profond essaie de vous montrer dès à présent la route à suivre et lorsque cette carte apparaît dans un tirage, elle signifie que vous pouvez vous fier à la direction intérieure qui vous est donnée. Elle parle par chuchotements et parfois nous pouvons hésiter, ne sachant pas si nous avons bien compris. Pourtant le message est clair : en suivant le guide intérieur vous vous sentirez plus unifié, davantage intégré, comme si vous vous déplaciez à partir du centre de votre être.
Si vous acceptez cela, ce rayon de lumière vous conduira exactement là où vous avez besoin d’aller.

L'avarice

Dès l’instant où vous devenez avare, vous êtes fermé aux phénomènes de base de la vie, expansion, partage. Dès l’instant où vous commencez à vous accrocher aux choses, vous manquez la cible. Car les choses ne sont pas la cible. L’avarice se prive du phénomène fondamental de la vie qui est l’expansion, le partage. Dés que vous vous accrochez aux choses, vous vous décentrez. Ce ne sont pas les biens matériels qui vous amènent à votre but essentiel. Le but de la vie, c’est vous, votre entité. Il ne s’agit pas d’avoir une belle maison, mais une belle âme. De même, il n’est pas question de fortune, mais de richesse intérieure. Ce n’est pas l’accumulation extérieure qui importe mais le cœur ouvert, conscient et disponible à tout ce qui existe.

Commentaire :

Sur cette carte, la femme a érigé une forteresse autour d’elle et elle s’accroche à tous ces objets qu’elle pense être ses trésors. En fait, elle a accumulé tant de choses pour se parer – y compris les plumes et les fourrures de créatures vivantes – qu’elle en est devenue hideuse.
Cette carte nous invite à regarder ce à quoi nous nous attachons et ce que nous estimons tellement précieux qu’il faille le protéger par une forteresse. Ce n’est pas nécessairement un énorme compte en banque ou un coffret plein de bijoux, ce peut être quelque chose d’aussi simple comme l’habitude de fuir face à un moment d’amitié ou de ne pas prendre le risque d’exprimer notre amour à quelqu’un.
Comme un puits bien scellé qui devient stagnant de ne pas être utilisé, nos richesses se ternissent et se dévalorisent si nous refusons de les partager. Quoi que ce soit auquel vous vous accrochez, souvenez-vous que vous ne pouvez pas l’emporter avec vous.
Desserrez votre poigne et sentez la liberté et l’expansion que le partage peut procurer.

L'exclu

Vous vous sentez exclu. Ainsi avez-vous le sentiment d’être vous-même un étranger ? C’est bon. C’est la période transitoire. Maintenant vous devez être vigilant à ne pas vous remplir de douleur ni de misère. Maintenant que Dieu n’est plus là, qui va vous consoler ? Vous n’avez besoin d’aucune consolation. L’humanité est venue à maturité. Soyez un homme, soyez une femme et tenez-vous sur vos propres pieds…
La seule façon d’être relié à l’existence est de se tourner vers l’intérieur parce que là, au centre, vous êtes encore relié. Vous avez été physiquement déconnecté de votre mère. Cette séparation était absolument nécessaire pour faire de vous un individu à part entière. Mais vous n’êtes pas séparé de l’univers. Votre connexion avec l’univers est de l’ordre de la conscience. Vous ne pouvez pas la voir, aussi vous devez plonger en vous-même avec beaucoup de lucidité, de clarté d’observation et vous trouverez la connexion. Le bouddha est la connexion !

Commentaire :

Sur cette carte le petit enfant se tient d’un côté d’un portail et regarde à travers. Il est si innocent et si convaincu qu’il ne peut pas passer, qu’il ne voit pas que la chaîne du portail n’est pas verrouillée. Tout ce qu’il lui suffit de faire est de l’ouvrir.
Chaque fois que nous nous sentons “abandonné” ou exclu, monte en nous ce sentiment d’enfant impuissant. Cela n’a rien de surprenant car ce sentiment est profondément ancré dans nos premières expériences d’enfance. Là est le problème, car ces expériences sont si profondément ancrées, qu’elles se répètent maintes et maintes fois dans nos vies, comme un disque rayé.
Une occasion vous est maintenant donnée d’arrêter le disque, de cesser de vous tourmenter avec ces idées que vous n’êtes “pas assez bien” pour être accepté et inclus. Reconnaissez que les racines de ces sentiments sont dans le passé et lâchez la vieille douleur. Cela vous procurera la clarté de vue nécessaire pour voir comment vous pouvez ouvrir le portail et accéder à ce que vous aimeriez tant devenir.

Le compromis

Essayez de comprendre pourquoi vous faites des compromis. Tôt ou tard, vous vous apercevrez qu’une telle attitude ne vous aide en rien. Elle n’est qu’un moyen pour ne pas vraiment vous décider ou pour refouler votre désarroi. Ne refoulez jamais rien, soyez clairement conscient de votre situation. Si votre situation est confuse, acceptez ce fait. Sachez que vous êtes confus. Vous aurez ainsi fait le premier pas vers votre propre clarté. Le compromis sera plus dangereux, il vous rendra davantage confus parce que fait de confusion, il créera alors plus de confusion. Ainsi, essayez de comprendre pourquoi vous aspirez au compromis. Tôt ou tard vous comprendrez que le compromis ne va pas vous aider. Et le compromis peut être une façon de n’aller dans aucune direction ou il peut être simplement une répression de votre confusion. Il s’affirmera.
Ne réprimez jamais rien, soyez clair à propos de votre situation et si vous êtes confus, rappelez-vous que vous êtes confus. Ce sera la première chose claire à votre sujet, que vous êtes confus. Le voyage peut alors commencer.

Commentaire :

À la cour du Japon ancien, les serviteurs étaient souvent choisis parmi de petits délinquants castrés et mesquins. Du fait de leur connaissance intime des activités de la cour, ces castrats étaient souvent au centre des intrigues politiques et sociales et exerçaient en coulisses beaucoup de pouvoir.
Les deux personnages de cette carte nous rappellent ces situations troubles et mensongères dans lesquelles nous nous fourvoyons lorsque nous compromettons notre propre vérité. C’est une chose d’aller au devant d’autrui, de comprendre un point de vue différent du notre et d’œuvrer vers une harmonie des forces opposées. C’en est une autre de “s’abaisser” et de trahir notre propre vérité.
En examinant de près notre comportement, nous nous rendons compte qu’en règle générale, nous essayons de gagner quelque chose, que ce soit le pouvoir ou l’approbation d’autrui.
Si vous êtes tenté, prenez garde, les gratifications qu’apportent ce genre de compromis laissent toujours un goût amer dans la bouche.

La patience

Nous avons oublié comment attendre, c’est presque un espace abandonné. C’est pourtant notre plus grand trésor que de pouvoir attendre le bon moment. L’existence entière attend le bon moment. Même les arbres le savent, lorsque le moment est venu d’apporter les fleurs, lorsque le moment est venu de laisser aller toutes les feuilles et de se tenir nu face au ciel. Ils sont encore beaux dans cette nudité, attendant le nouveau feuillage avec une grande confiance. Le vieux a disparu, le nouveau arrivera bientôt et de nouvelles feuilles commenceront à croître. Nous avons oublié d’attendre, nous voulons tout, tout de suite. C’est une grande perte pour l’humanité…
Dans le silence et dans l’attente, quelque chose à l’intérieur de vous continue de croître, votre être authentique se déploie. Et un jour il prend et devient une flamme et votre personnalité entière en est transformée, vous êtes un nouvel homme.

Commentaire :

Il vient un temps où la seule chose à faire est d’attendre. La graine a été semée, l’enfant grandit dans la matrice, l’huître revêt le grain de sable de nacre et en fait une perle.
Cette carte nous rappelle que maintenant vient le temps où tout ce qui est demandé est simplement d’être alerte, patient, dans l’attente. La femme peinte ici est dans une telle attitude. Satisfaite, sans aucune trace d’anxiété, elle attend simplement. Durant toutes les phases de la lune que l’on voit passer au-dessus de sa tête, elle reste patiente, dans une telle harmonie avec les rythmes de la lune qu’il semble qu’elle est presque devenue “une” avec la lune. Elle sait que le temps est venu d’être passive et de laisser la nature suivre son cours. Mais elle n’est ni somnolente ni indifférente, elle sait que le temps est venu d’être prête pour quelque chose d’important.
C’est un temps plein de mystères, comme ces heures précédant l’aube. C’est un temps où la seule chose à faire est d’attendre.

La banalité

Parfois cela arrive que vous deveniez un, dans quelques moments rares. Observez l’océan, sa grandeur sauvage et soudain vous oubliez votre séparation, votre schizophrénie, votre disloquement intérieur, vous vous détendez. Ou bien, vous allez dans l’Himalaya et, voyant la neige vierge sur les sommets de Himalaya, soudain une fraîcheur vous entoure et vous n’avez pas besoin d’être faux car il n’y a aucun autre être humain avec qui être faux. Vous trouvez votre centre. Ou encore, en écoutant de la belle musique, vous trouvez votre centre …
Chaque fois, dans n’importe quelle situation où vous devenez un, une paix, un bonheur, une grâce, vous entoure, monte en vous. Vous vous sentez comblé. Il n’est aucun besoin d’attendre ces moments, ces moments peuvent devenir votre vie naturelle. Ces moments extraordinaires peuvent devenir des moments ordinaires. C’est tout l’effort du Zen. Vous pouvez vivre une vie extraordinaire dans une vie très ordinaire. Couper du bois, débiter du bois, porter de l’eau … vous pouvez être parfaitement à l’aise avec vous-même. Nettoyer le sol, faire la cuisine, laver les vêtements, vous pouvez être parfaitement à l’aise, car tout le problème est pour vous d’accomplir vos actes avec totalité, de les apprécier, de vous délecter en eux.

Commentaire :

Cette silhouette qui marche dans la nature nous montre que la beauté peut être trouvée dans les choses simples et ordinaires de la vie.
Nous prenons si aisément cette magnifique planète sur laquelle nous vivons comme allant de soi. Nettoyer la maison, jardiner, préparer un repas … la plus simple des tâches acquiert une dimension sacrée lorsqu’elle est exécutée avec un engagement total, avec amour et pour elle-même, sans arrière pensée de reconnaissance ou de récompense.
Vous êtes maintenant dans une phase où cette approche facile, naturelle et totalement ordinaire face aux situations que vous rencontrez apportera de bien meilleurs résultats que n’importe quelle autre tentative de votre part à être brillant, malin ou autrement extraordinaire.
Oubliez toute idée de faire la une des journaux en inventant le dernier gadget ou d’éblouir vos amis, vos confrères par vos prouesses. Le don spécial que vous devez maintenant offrir sera mieux présenté en prenant les choses aisément et simplement, pas à pas.

La maturité

Seulement si votre méditation vous a apporté une lumière qui brille dans toutes les nuits, la mort ne sera pas une mort pour vous mais une porte d’accès au divin. Avec la lumière dans votre cœur, la mort elle-même est transformée en porte et vous entrez dans l’esprit universel, vous devenez un avec l’océan.
Et à moins que vous ne connaissiez l’expérience océanique, vous aurez vécu en vain. Maintenant est toujours le bon moment et le fruit est toujours mûr. Vous avez simplement besoin de recueillir le courage d’entrer dans votre forêt intérieure. Le fruit est toujours mûr et le moment est toujours le bon moment. Le mauvais moment n’existe pas.

Commentaire :

Lorsque le fruit est mûr, il tombe tout seul de l’arbre. Gonflé de jus il ne tient que part une fibre aux branches de l’arbre. L’instant d’après il tombe, non parce qu’il a été forcé de tomber ou a fait l’effort de tomber, mais parce que l’arbre a reconnu sa maturité et l’a simplement lâché.
Lorsque cette carte apparaît dans un tirage elle indique que vous êtes prêt à partager votre richesse intérieure, votre sève. Tout ce que vous avez à faire est de vous détendre là où vous êtes et d’accepter que cela soit.
Ce partage de vous-même, cette expression de votre créativité, peut se manifester de bien des façons : dans votre travail, vos relations, vos expériences quotidiennes de vie. Aucune préparation spéciale, aucun effort spécial de votre part n’est demandé. L’heure est simplement venue.

Nous somme le monde

Lorsque des milliers et des milliers de gens autour de la terre célèbrent, chantent, dansent, sont extatiques, ivres du divin, il n’y a aucune possibilité d’aucun suicide global.
Avec tant d’élan festif et avec un tel rire, avec une telle vitalité et santé, avec tant de naturel et de spontanéité, comment peut-il y avoir une guerre ? La vie vous a été donnée pour créer, vous réjouir et pour célébrer. Lorsque vous pleurez et gémissez, lorsque vous êtes malheureux, vous êtes seul. Lorsque vous célébrez, l’existence entière danse avec vous.
C’est uniquement dans la célébration que nous rencontrons l’ultime, l’éternel. C’est uniquement dans la célébration que nous dépassons le cycle de mort et renaissance.

Commentaire :

L’humanité est ici peinte comme un arc-en-ciel d’êtres dansant autour du mandala de la terre. Reliés par leurs mains, plein de joie et de gratitude pour ce cadeau qu’est la vie.
Cette carte représente un temps de communication, de partage des richesses que chacun d’entre nous apporte à l’ensemble. Personne ici ne s’accroche, rien à retenir. C’est un cercle dépourvu de la crainte du sentiment d’infériorité ou de supériorité.
Lorsque nous reconnaissons la source commune de notre humanité, les origines communes de nos rêves et désirs, de nos espoirs et de nos craintes, nous découvrons notre interdépendance dans le grand miracle qu’est l’existence.
Lorsque nous pouvons rassembler notre immense richesse intérieure pour créer un trésor d’amour et de sagesse disponible à tous, nous participons au merveilleux schéma de la création éternelle.

Pin It on Pinterest

%d blogueurs aiment cette page :